Skip to main content

Blogue

10 mythes sur la recharge des véhicules électriques dans les immeubles multilogements

Les véhicules électriques sont de plus en plus populaires et la recharge à domicile est de plus en plus adoptée. Cependant, certaines fausses croyances circulent encore sur les technologies de recharge pour les immeubles multilogements, ce qui perturbe la mise en place d’une infrastructure efficace et sécuritaire.

Dans cet article, je démystifierai certains de ces mythes qui entourent les systèmes de gestion de l’énergie des véhicules électriques (SGÉVÉ) et présenterai les solutions offertes sur le marché qui permettent de contrôler et de gérer la charge d’une borne de recharge, tout en protégeant l’infrastructure électrique du domicile où elle est installée. 

Mythe : Il existe une définition complète et détaillée des SGÉVÉ

Actuellement, au Canada, il n’existe pas de définition complète des systèmes de gestion de l’énergie des véhicules électriques, ou SGÉVÉ. Dans le Code électrique canadien, seulement trois articles traitent de ce sujet : 8-500, 8-106 (10), et 8-106 (11). Au niveau provincial, on en parle uniquement dans une interprétation du Code publiée en 2022. 

C’est pourquoi le groupe CSA travaille à l’élaboration d’une norme (CSA22.2 No.343), prévue pour la fin de l’année 2024, qui transformerait l’industrie en définissant clairement ce qu’est un SGÉVÉ.

Les produits RVE actuels sont certifiés CSA et les prochains se conformeront aussi aux standards de CSA, mais l’absence d’une définition claire et de requis précis pour les systèmes de gestion de l’énergie des véhicules électriques a permis à de nombreuses entreprises de vendre des produits sous cette étiquette alors qu’elles n’étaient pas qualifiées pour le faire.

Mythe : Les SGÉVÉ peuvent être difficile à comparer

Un autre mythe courant est de penser qu’il est difficile de comparer les SGÉVÉ en raison du grand nombre de produits offerts sur le marché. En réalité, la majorité des produits sur le marché nord-américain se répartissent en trois groupes : les contrôleurs de charge, les panneaux intelligents et les bornes connectées. Chacun de ces groupes possède des caractéristiques distinctes.

  1. Contrôleurs de charge : Ils permettent une connexion directe de la borne de recharge à l’infrastructure électrique du logement. Un exemple est le Loadmiser de Dandy ou le contrôleur de charge de RVE, le DCC.
  2. Panneaux intelligents : Conçus pour alimenter plusieurs véhicules à partir d’une même source d’alimentation, ces panneaux intègrent des technologies avancées de surveillance et de contrôle pour une gestion de l’énergie sécuritaire. Un bon exemple est le panneau intelligent pour les véhicules électriques de RVE, le SMP. Ce système unique en son genre grâce à sa certification Mesures Canada permet d’alimenter 12, 15, 18 ou 21 bornes de recharge.
  3. Bornes connectées : La majorité des bornes connectées nécessitent une connexion Internet pour fonctionner. Leur intelligence n’est généralement pas située physiquement dans les bornes elles-mêmes, mais dans un logiciel infonuagique (cloud). Cela signifie qu’elles ont besoin d’une connexion Wi-Fi stable, engendrant des frais récurrents. 

Mythe : Seules les bornes de recharge peuvent faire de la gestion d’énergie

La gestion d’énergie n’est pas limitée aux bornes de recharge. Selon l’article 8-106 (11) du Code canadien, un EVEMS (Electric Vehicle Energy Management System, SGÉVÉ en français) peut surveiller l’infrastructure électrique en amont des bornes, incluant le transformateur, le centre de mesurage et l’entrée principale. Cela permet une gestion plus complète et plus efficace de l’énergie et donne à tous les fournisseurs et utilisateurs d’énergie une idée plus précise de la capacité énergétique d’un bâtiment, ainsi que de la demande d’énergie qu’un ensemble de bornes de recharge imposera au réseau.  C’est justement ce que permettent les produits RVE, étant des systèmes de gestion de l’énergie dont la gestion en soit est effectuée au niveau de l’infrastructure électrique, et non pas au niveau des bornes.

Mythe : Il est inutile de prendre en compte l’état de défaillance d’un SGÉVÉ

Un SGÉVÉ n’est pas une borne connectée seule ou un contrôleur de charge seul. C’est un système, un ensemble de composantes qui communiquent entre elles et qui surveillent et contrôlent l’énergie.

Il est important de comprendre ce qui se passe en cas de défaillance du système et quelles en sont les conséquences.

En cas de défaillance, le contrôleur de charge DCC de RVE a un impact faible. En effet, il a recours à un délestage par coupure d’alimentation, en utilisant des relais pour couper complètement le courant lorsque le seuil préétabli est dépassé. Puisque zéro ampère ne peut alors circuler, cela permet de protéger les appareils en amont du DCC, comme le panneau électrique. 

La majorité des bornes connectées se limitent généralement à un courant de 6 ou 8 A en cas de défaillance. Lorsqu’une borne de recharge tombe en panne, elle peut être incapable d’assurer la gestion de l’énergie et elle continuera à faire circuler du courant, ce qui signifie qu’un panneau électrique (et tout ce qui se trouve en amont) devra avoir une capacité suffisante pour gérer la charge électrique d’un nombre variable de bornes de recharge tombées en état de défaillance. 

Toutes ces informations doivent être prises en compte lors du calcul de charge, et l’utilisation d’un seul produit peut faire une énorme différence en termes d’infrastructure installée et de coûts engendrés. 

Mythe : Le délestage par coupure de courant n’est pas sécuritaire

Une croyance répandue est qu’il est dangereux de couper l’alimentation électrique d’une borne de recharge et que ça pourrait l’endommager. C’est pourtant faux. Il existe plusieurs technologies bien connues sur le marché qui utilisent cette technique depuis plusieurs années et dont le fonctionnement est irréprochable. C’est le cas du contrôleur de charge DCC et du panneau intelligent SMP, installés à travers l’Amérique du Nord en plus de 40 000 exemplaires, et qui assurent la recharge de véhicules électriques avec succès. D’autres compagnies comme Eaton, Dandy ou SimpleSwitch vendent également des produits qui font du délestage par coupure de courant.

Le DCC de RVE effectue une surveillance en temps réel de la consommation d’énergie d’un panneau électrique. Si la consommation dépasse 80 % de sa capacité totale, le DCC coupe temporairement l’alimentation de la borne de recharge et la rétablit lorsque la consommation reste sous 80 % pendant plus de 15 minutes. La recharge se fait lorsque l’énergie est disponible, et bien souvent lorsque l’électricité est moins chère, et l’impact sur le réseau, moins important. Découvrez-en plus sur la gestion d’énergie faite par le DCC dans cet article sur la recharge des véhicules électriques pendant la nuit.

Mythe : Un SGÉVÉ n’a pas de configuration optimale

Il est important de rappeler qu’un SGÉVÉ est un système, soit un ensemble de composantes qui interagissent entre elles. Or, la configuration optimale d’un SGÉVÉ réfère à celle de l’ensemble de l’infrastructure de l’immeuble et des bornes de recharge, et non seulement celle d’une composante individuelle.

Il est possible de mettre en place une configuration optimale. Un SGÉVÉ peut être configuré pour faire une surveillance à un seul niveau ou à multiniveaux. La surveillance multiniveaux se fait au niveau des transformateurs, des centres de mesurage et de l’entrée principale. En utilisant des produits et des composants de contrôle dotés d’un état de défaillance de sécurité à zéro ampère, il est théoriquement possible d’alimenter un nombre illimité de bornes sans ajouter de charge supplémentaire au bâtiment.  

Dans la grande majorité des cas, pour des raisons de coûts et de ressources, la meilleure configuration est celle où il n’est pas nécessaire d’augmenter la capacité énergétique du domicile pour permettre la recharge des véhicules électriques. La gestion d’énergie multiniveaux permet de répondre aux besoins quotidiens des utilisateurs tout en respectant les contraintes énergétiques.

Mythe : Un immeuble peut être prêt pour l’arrivée des véhicules électriques (EV Ready) sans disposer de la puissance nécessaire ou de SGÉVÉ

On entend ici par « EV Ready » l’état de préparation d’un bâtiment à l’arrivée des véhicules électriques. Les bâtiments ne peuvent être prêts pour les véhicules électriques s’ils ne disposent pas de la pleine puissance nécessaire ou si les composantes de base d’un SGÉVÉ, telles que le DCC-BOX de RVE, n’ont pas été prévues pour une gestion efficace de l’énergie et de la recharge. Le DCC-BOX est un boîtier de répartition qui permet le branchement immédiat de l’alimentation principale et de l’alimentation de la borne de recharge sans avoir à installer la borne tout de suite. Il est spécialement conçu pour préparer un immeuble résidentiel à logements multiples à l’arrivée des véhicules électriques à moindre coût. 

Il est essentiel d’avoir installé les composantes de base d’un SGÉVÉ ou d’avoir prévu la puissance nécessaire pour toutes les bornes. Cela simplifie les installations futures et assure une gestion d’énergie efficace. Des trois composantes, borne, câblage et puissance, c’est le SGÉVÉ ou la puissance qui est de loin l’élément le plus dispendieux et surtout le plus complexe, d’où l’intérêt de l’installer le plus tôt possible pour simplifier les installations futures.

Or, lorsque des nouveaux codes « EV Ready » locaux, généralement municipaux, sont publiés, ils n’incluent que la préparation du câblage et des bornes, sans jamais mentionner la gestion d’énergie ou la puissance nécessaire, ce qui ne permet pas une réelle préparation à l’arrivée des véhicules électriques.

Mythe : Une borne de recharge branchable est sécuritaire pour la gestion d’énergie

Des bornes branchables, ou enfichables, peuvent être facilement débranchées et remplacées par des équipements non compatibles, compromettant ainsi la sécurité du système de gestion de l’énergie et celle de l’infrastructure électrique.  

Vous pouvez disposer d’un ensemble de bornes de recharge communiquant les unes avec les autres à l’aide d’un réseau « cloud » et il suffit que quelqu’un en débranche une et la remplace par une autre pour que cette communication soit interrompue. Une seule borne de recharge retirée du réseau de communication responsable de la gestion d’énergie peut impacter cette dernière, car les données sur la capacité énergétique ne sont alors pas communiquées à l’algorithme responsable de la gestion d’énergie totale de l’ensemble des bornes de recharge connectées. 

C’est pourquoi il est essentiel d’utiliser un dispositif autre que la borne de recharge pour la gestion de l’énergie, afin de ne pas risquer de compromettre la sécurité du système de gestion de l’énergie et celle de l’infrastructure électrique.

Mythe : Installer le câblage en cuivre dès la construction permet d’accélérer l’électrification des transports

Il n’est pas toujours nécessaire d’installer l’entièreté du câblage nécessaire dès la construction pour être prêt pour les véhicules électriques. Une planification intelligente, incluant l’utilisation de conduits vides permettant un câblage éventuel, peut être une solution plus économique et écologique (étant donné le coût tant financier qu’environnemental du cuivre dont est fabriqué le fil électrique). L’installation de l’entièreté du câblage nécessaire dès la construction ne permettra pas à un immeuble d’être prêt pour les véhicules électriques si ce dernier ne dispose pas de la puissance nécessaire ou d’un SGÉVÉ pour alimenter les bornes.

Les professionnels de l’électricité sont capables de déterminer les besoins réels d’un projet de recharge et de proposer des solutions adaptées, comme le boîtier de répartition DCC-BOX, qui, installé avec les conduits et le câblage nécessaires, permet de préparer l’infrastructure électrique à l’avance pour l’installation ultérieure d’une borne de recharge et ainsi, de réduire les coûts de mise en place initiaux.

DCC-BOX installés dans le garage souterrain d’un immeuble multilogement

Les conduits vides sont installés dès l’installation des DCC-BOX

Si vous faites partie d’un syndicat ou d’un conseil d’administration de copropriété et que vous vous posez des questions sur la préparation de votre immeuble à l’arrivée des VÉ, visitez la plateforme Murbly pour y trouver des conseils et outils ou pour prendre rendez-vous pour une consultation gratuite qui vous aidera à déterminer la meilleure stratégie à adopter.

Mythe : Mesures Canada permet la facturation de la recharge au kWh dans les immeubles multilogements

Ce n’est pas aussi simple que ça. En 2022, Mesures Canada a mis en place un programme de dispense qui exempte temporairement les appareils de recharge commerciaux de l’obligation d’obtenir une certification de Mesures Canada, modifiant par le fait même la façon dont la facturation peut être effectuée. Cependant, cette exemption ne s’applique pas aux contextes résidentiels, mais seulement à la recharge rapide, publique, commerciale, partagée et payable à l’utilisation.

Mesures Canada exige que les appareils qui mesurent l’électricité soient testés puis scellés pour pouvoir servir à la facturation au kWh (une exigence similaire à celle demandée des pompes à gaz). Or, actuellement, aucune borne de recharge résidentielle ne remplit ces critères.

Pour bénéficier des meilleurs tarifs (et éviter une facturation horaire ou fixe qui ne reflète pas la consommation d’électricité réelle), deux options s’offrent à vous.

La première consiste à avoir recours à un contrôleur de charge comme le DCC, lequel est raccordé à l’infrastructure électrique privée d’un logement, soit entre le panneau électrique et la borne de recharge, ce qui permet une facturation directe de l’électricité consommée par le véhicule électrique.

S’il est nécessaire d’alimenter plusieurs bornes de recharge à partir d’une même source d’alimentation, on peut alors se tourner vers la deuxième option. Celle-ci consiste à faire l’installation d’un panneau intelligent SMP de RVE, lequel est pour sa part déjà certifié par Mesures Canada. Grâce à cette certification, il est possible de facturer l’électricité au kWh grâce au service de rapport de consommation envoyé trimestriellement aux gestionnaires sur site. Ces derniers sont ensuite en mesure de facturer l’électricité consommée par chaque véhicule électrique à son propriétaire. Il suffit d’être enregistré en tant que fournisseur autorisé auprès de Mesures Canada. 

Il est aussi important de rappeler que la revente de l’énergie n’est pas uniquement gérée par Mesures Canada, une entité fédérale, mais aussi par une entité provinciale propre à chaque province. Il faut donc s’assurer d’être conforme à toutes les exigences en vigueur.

Surmonter les défis de la recharge à domicile avec RVE

La gestion d’énergie des véhicules électriques dans les immeubles multilogements est complexe, mais avec une compréhension claire des exigences légales et des solutions offertes sur le marché il est possible de mettre en place des systèmes efficaces et sécuritaires. 

Nous joindre

Vous êtes en désaccord avec l’une ou l’autre de ces affirmations?

Faites-le moi savoir! Si vous considérez qu’il existe des inexactitudes ou des nuances à apporter dans cet article, il me fera plaisir d’en discuter avec vous. Chez RVE, on souhaite démystifier la gestion de l’énergie des véhicules électriques pour permettre à tous d’avoir accès à une recharge à domicile fiable, sécuritaire et efficace.

Catégorie
Sujets
Table des matières
Partage